Actu’ Lynx

L’actualité du plus grand félin d’Europe, et de ses cousins

  • Archives

  • Catégories

  • Méta

  • Bookmark and Share
  • Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.

    Rejoignez 24 autres abonnés



SUISSE: des Lynx maltraités sauvés

Posted by lynxiannah sur 25 juillet 2007


Deux bébés lynx et leurs parents reprennent des forces depuis quelques semaines dans deux petits zoos du Seeland. Auparavant, ils ont vécu l’enfer dans un parc animalier de Bassecourt.

Monster et Sputnik s’amusent comme des fous: derrière les grilles de leur enclos, ces deux petits lynx de quelques semaines jouent à se poursuivre, roulant à terre puis se mordillant l’un l’autre. «Ça fait plaisir de les voir ainsi reprendre des forces», soupire John David Bauder, propriétaire du zoo «John’s kleine Farm», à Kallnach. Il y a un peu plus d’un mois, lorsqu’il a recueilli chez lui ces bébés lynx de trois semaines, ils étaient encore quatre, venus tout droit du parc animalier Olympia, à Bassecourt (voir ci-dessous).

«Ils étaient dans un piteux état, malades, souffrant notamment de blessures profondes à la langue», se rappelle John David Bauder. Pour les sauver, le vétérinaire leur a administré des antibiotiques et donné des infusions. Mais pour deux des jeunes lynx, il était déjà trop tard, nous avons dû les piquer». Les deux autres ont ensuite pu reprendre des forces – «nous les avons nourris au biberon plusieurs semaines et se portent de mieux en mieux».

Depuis, John David Bauder met dans leur écuelle de la viande hachée et une nourriture spéciale. Dans son petit zoo, ce soigneur d’animaux diplômé accueille de nombreuses bêtes indigènes et exotiques. A partir de septembre prochain, Monster et Sputnik disposeront d’un vaste enclos de 350 m2 «avec des buissons, des arbres pour grimper, et des cavités pour se cacher».

Changement de décor. Dans l’enclos réservé aux fauves du zoo Seeteufel, à Studen, un lynx mâle paresse au soleil. Il cligne des yeux, se redresse et baille, dévoilant ses longues et puissantes canines. Derrière lui deux femelles font la sieste. Lorsqu’ils sont arrivés de Bassecourt au Seeteufel, il y a un peu plus d’un mois, le patron du lieu Bruno Steiner se souvient que ces lynx allaient très mal. Ils étaient très maigres, et un avait même une profonde blessure au dos. Comme son collègue John David Bauder, Bruno Steiner est lui aussi soigneur d’animaux diplômé.

Les premiers jours, ils refusaient toute nourriture. Ce n’est que lorsqu’ils ont pu chasser eux-mêmes des poules que l’appétit est revenu et qu’ils ont repris goût à la vie. Ils sont désormais en pleine forme.

Le fait que les jeunes lynx ont été séparés de leurs parents ne doit rien au hasard, explique John David Bauder. «Pour transporter les adultes, il a fallu les mettre sous narcose. A leur réveil, les animaux sont alors dans stress intense. Il y avait un risque que la mère tue les jeunes.»

Le parc animalier Gasser

Ce parc, qui jouxte un restaurant, appartient à la famille Gasser, propriétaire du cirque Olympia, tombé en faillite l’an dernier. Il y a deux ans, les Gasser avaient loué le restaurant et le parc à une femme qui, à l’évidence, n’arrivait pas à s’occuper correctement de tous les animaux. Après avoir reçu son congé, celle-ci a lancé des appels tous azimuts pour recueillir chats, chiens et même des animaux sauvages au lieu de les faire piquer. En fait, indique Mirjam Spring, soigneuse pour animaux diplômée, les conditions de détention pour ces bêtes étaient déplorables. Quatre lynx adultes et quatre bébés lynx se partageaient un enclos de 12m2. Et ce n’était guère mieux pour les singes, confinés dans des cages minuscules. Quant aux chiens présents, aucun n’avait de puce électronique. 

Animaux très amaigris

«Faut-il donc que tous ces animaux crèvent?» C’est le titre choc qui a fait la une du Blick, le 16 juin dernier. La gérante du parc animalier Olympia (nom connu de la rédaction), à Bassecourt, lançait un appel au secours. Propriétaire du lieu, la famille Gasser avait dénoncé son contrat de location parce qu’elle ne payait plus son loyer depuis de long mois, selon Jeannette Egli. C’est à elle que Dominik Gasser a demandé de trouver un nouveau lieu d’hébergement pour les animaux sauvages du parc et pour lesquels une autorisation de détention est nécessaire. A savoir 16 singes, la famille de lynx et six porcs-épics. Le parc comptait aussi une quarantaine de cochons d’Inde, des dizaines de chiens, chats, chèvres et autres canards. Soit plus d’une centaine d’animaux. «J’ai eu un choc en arrivant la première fois sur place», raconte Jeannette Egli: beaucoup d’animaux étaient très amaigris, les enclos étaient totalement souillés. «Je ne comprends pas que le vétérinaire cantonal ne soit pas intervenu.» Interpellé à ce propos, Clément Saucy dit s’être rendu au parc animalier Olympia à plusieurs reprises sans y trouver de signes d’animaux maltraités.

 

source: le journal du Jura: http://www.journaldujura.ch

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s